Newestpress Newestpost Studio News Studio Live

Mon compte

Newsletters

Crédit photo : NP/Newestpost/EPA/MaxPPP - Image d'Ali Khamenei, Guide suprême de la République islamique, à Téhéran, en Iran, le 4 juin 2022

Actualité / International

Iran : tension maximale 8 ans après la tuerie de Charlie Hebdo

Une enquête a été ouverte, jeudi 5 janvier, après la plainte de Charlie Hebdo et le piratage du site Internet de l'hebdomadaire, la veille. Une information confirmée par l’Agence France Presse, AFP, qui cite le parquet de Paris, confirmant les révélations d'Europe 1.

S'agit-il d'une réponse iranienne à la publication des caricatures de l’ayatollah Khamenei ? Selon les informations de nos confrères d'Europe 1, le site web de Charlie Hebdo a été victime d’une attaque informatique, mercredi 4 janvier 2023.


La station affirme que "les services informatiques du journal satirique ont repéré dans l’après-midi que l’accès à la boutique en ligne et que la page d’accueil du site avaient été piratés". Et, que "des données auraient par ailleurs été mises en vente sur le "darkweb", ainsi que des infos personnelles de plusieurs milliers d’abonnés.


Une enquête est ouverte et la DGSI a été saisie par le parquet de Paris, pour "accès frauduleux à un système de traitement de données", "maintien frauduleux", "introduction de données", "modification frauduleuse de données" et "entrave au fonctionnement".


Un mouvement de contestation inédit


Les enquêteurs vont tenter de faire un lien avec la publication, mercredi, de caricatures sur le régime islamique iranien. Charlie Hebdo a publié des dizaines de dessins après un concours organisé en décembre 2022 pour ses lecteurs, à l'occasion d'un numéro spécial avant le 8e anniversaire de la tuerie de 2015.


Alors que l'Iran affronte un mouvement de contestation inédit après la mort, le 16 septembre 2022, de Mahsa Amini, cette jeune femme kurde et iranienne arrêtée pour avoir enfreint le code vestimentaire islamique du pays, le journal satirique a ciblé Ali Khamenei, le Guide suprême de la République islamique.


En demandant aux lecteurs de Charlie Hebdo de réaliser "la caricature la plus drôle et méchante", nos confrères ont visiblement provoqué la colère de Téhéran. En riposte, jeudi 5 janvier 2023, le gouvernement iranien a d'ailleurs fermé l'Institut Français de Recherche en Iran.


Huit ans déjà


Dans un communiqué, le ministère iranien des Affaires étrangères annonce ainsi mettre fin aux activités de l'Institut Français de Recherche en Iran (IFRI), comme "une première étape" de la réponse iranienne aux caricatures de Charlie Hebdo.


Les autorités françaises sont prévenues, d'autant plus à la veille du huitième anniversaire de l'attaque des frères Kouachi, Chérif et Saïd, dans les anciens locaux de nos confrères, le 7 juillet 2015. A ce propos, dans ce numéro spécial de Charlie Hebdo, Riss s'interroge.


Le directeur de publication du journal satirique se demande "qu'est-ce que Charb, Cabu, Bernard Maris, Wolinski, Tignous, Mustapha Ourrad, Honoré et Elsa Cayat auraient pensé aujourd'hui en voyant ce qui se passe en Iran ? Manière pour lui, semble-t-il, de rendre hommage à ses collègues assassinés il y a huit ans.


Publié le 06/01/2023 à 13:02, Ralph Bechani

Publié le

06/01/2023 à 13:02

Mis à jour le

06/01/2023 à 13:04

Par

Newestpost

Journaliste

Ralph Bechani

Article suivant

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager par mail

Sélectionnés pour vous