Newestpress Newestpost Studio News Studio Live

Mon compte

Newsletters

Crédit photo : NP/Newestpost/Antonin Burat/Le Pictorium/MaxPPP - Image d'illustration d'un sauvetage en mer de l'ONG "SOS Méditerranée", le 1er juillet 2021

Actualité / International

Ocean Viking : 230 migrants bloqués à bord du bateau humanitaire

La situation est de plus en plus critique au large de l'Italie, où 230 migrants sont toujours bloqués à bord du bateau de sauvetage de l'ONG "SOS Méditerranée", l'Ocean Viking. Après des semaines en mer, l'urgence humanitaire provoque notamment des tensions diplomatiques entre la France et l'Italie.

Rome tape du poing sur la table et refuse de laisser l'Ocean Viking accoster en Italie. Trois navires de migrants ont déjà été secourus entre dimanche et mardi, alors qu'ils tentaient la traversée entre l'Afrique du Nord et l'Europe. En revanche, le gouvernement italien n'a autorisé qu'une partie des rescapés à descendre à quai.


De son côté, Paris hausse le ton et dénonce le "comportement inacceptable" des autorités italiennes qui est "contraire au droit de la mer et à l'esprit de solidarité européenne", selon l'AFP, l'Agence France Presse, qui cite une source française gouvernementale.


L'Italie affirme que la France va accueillir l'Ocean Viking et ses 230 migrants, mais le ministère français de l'Intérieur dément cette information, le navire se trouvant "pour l'instant" dans les "eaux italiennes". Un couac diplomatique dangereusement dilatoire, et faisant craindre le pire pour les passagers du navire humanitaire.


Une mise en danger imprudente


L'Ocean Viking, battant pavillon de la Norvège, attend donc le feu vert pour accoster en Italie. Mardi 8 novembre 2022, il naviguait au large du port italien de Syracuse. Dans une déclaration, l'ONG "SOS Méditerranée" affirme avoir demandé à la France d'assigner "un port sûr" à l'Ocean Viking.


Selon l'UNHCR, le Haut Commissariat des Nations unies, le recours aux traversées dangereuses par la mer est "une caractéristique constante et préoccupante des mouvements de réfugiés et de migrants dans de nombreuses régions du monde".


Pour beaucoup, monter à bord d’un bateau impropre à la navigation s’avère être leur meilleure option pour fuir un conflit ou des persécutions et rechercher la possibilité de reconstruire leur vie. Et d'ajouter, que le plus souvent, ces traversées entraînent "des risques graves de blessures ou de décès en mer".


Ainsi qu’"une mise en danger imprudente de leur vie, l’exploitation ou la violence aux mains des passeurs et des trafiquants". Enfin, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, "elles posent également des problèmes complexes aux États et aux acteurs de la recherche et du sauvetage en mer".


Publié le 09/11/2022 à 13:48, Ralph Bechani

Publié le

09/11/2022 à 13:48

Mis à jour le

09/11/2022 à 13:48

Par

Newestpost

Journaliste

Ralph Bechani

Article suivant

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager par mail

Sélectionnés pour vous