Newestpress Newestpost Studio News Studio Live

Mon compte

Newsletters

Crédit photo : NP/Newestpost/Stringer/EFE/Newscom/MaxPPP - Image d'une femme et sa fille, attendant la libération d'un membre de leur famille à l'extérieur de la prison d'Insein à Yangon, Myanmar, en Birmanie, le 18 octobre 2021

Actualité / International

Birmanie : 15 millions de personnes menacées de famine

Près de deux ans après un coup d'Etat militaire en Birmanie, le 15 février 2021, 15,2 millions d’individus sont "en situation d’insécurité alimentaire grave et modérée", selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

Le bilan de l'ONU est terrible. Plus d’un million de personnes ont été déplacées depuis le coup d’Etat militaire de février 2021, en Birmanie. Malgré l’aide internationale, le pays est plongé dans une grave crise humanitaire, d'autant plus que les aides sont soumises à des contrôles strictes de la junte militaire birmane.


Au total, 15,2 millions d’individus sont "en situation d’insécurité alimentaire grave et modérée", selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA). Tandis que les forces armées birmanes multiplient les opérations militaires notamment contre les populations civiles et la minorité musulmane.


La junte au pouvoir censure la presse, harcèle les journalistes et limite les accès à Internet et aux réseaux sociaux. Selon RSF, le reporter Han Thar Nyein, nominé pour le prix RSF du courage en novembre dernier, a été condamné lundi 26 décembre, à une peine de cinq ans de prison.


139 prisonniers attendent leur exécution


Notre confrère birman était accusé d'avoir violé la loi birmane sur les échanges électroniques, qui punit, notamment, les “actes préjudiciables à la sécurité de l’Etat”. Toujours selon Reporters Sans Frontière, la veille, c’est le rédacteur en chef de l’agence de presse Kanbawza Tai News (KTZ News), Kyaw Zeya, qui a été arrêté.


Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté mercredi 21 décembre 2022, une résolution demandant la fin des violences et la libération des prisonniers politiques en Birmanie. Le texte "exhorte" les militaires "à libérer immédiatement tous les prisonniers détenus arbitrairement".


La résolution exige également "l'arrêt immédiat de toutes les formes de violence" et demande à "toutes les parties de respecter les droits de l'Homme, les libertés fondamentales et l'État de droit". Tandis que 139 prisonniers attendent leur exécution dans les prisons birmanes.


Point de départ de ce cette situation devenue chaotique, la Prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, 77 ans, avait été arrêtée alors qu'elle était cheffe du gouvernement avant le coup d'État militaire de février 2021. Depuis, la Birmanie est en proie à la violence et au chaos.


Publié le 28/12/2022 à 12:22, Ralph Bechani

Publié le

28/12/2022 à 12:22

Mis à jour le

29/12/2022 à 21:53

Par

Newestpost

Journaliste

Ralph Bechani

Article suivant

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager par mail

Sélectionnés pour vous