Newestpress Newestpost Studio News Studio Live

Mon compte

Newsletters

Crédit photo : NP/Newestpost/EPA/MaxPPP - Image d'un avion sud-coréen, lançant deux missiles vers la mer du Japon, le 4 octobre 2022

Actualité / International

Corée du Nord : pourquoi y a-t-il un réel risque d'escalade ?

Au lendemain d'un tir de missile par la Corée du Nord, qui a survolé le Japon, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a dénoncé une "escalade". Il appelle Pyongyang "à reprendre le dialogue", notamment pour parvenir à "une dénucléarisation complète et vérifiable de la péninsule coréenne".

L'inquiétude monte crescendo depuis le tir d'un missile de moyenne portée, mardi, par la Corée du Nord. Le projectile a survolé le Japon, provoquant la panique et obligeant les autorités nipponnes à déclencher leur système d'alerte à la population.


Le missile a traversé 4.500 km, à une altitude de 970 km, avant de s’échouer dans le Pacifique 20 minutes plus tard. Une nouvelle provocation de la Corée du Nord, qui multiplie les exercices de tir. Depuis le début de l'année 2022, Pyongyang a effectué au total 23 tirs.


La Corée du Sud et les États-Unis ripostent


Le dernier tir de missile par Pyongyang au-dessus du Japon remontait à 2017, quand le président nord-coréen Kim Jong-un et son ancien homologue américain, Donald Trump, étaient en froid. A l'époque, l'ex locataire de la Maison Blanche n'avait pas réussi à calmer les ardeurs du dictateur.


En réponse, après ce nouveau tir de missile, mardi, la Corée du Sud et les États-Unis ont lancé quatre missiles sol-sol en direction de la mer du Japon, selon l’armée sud-coréenne. Manière d'avertir Pyongyang que le voisin sud-coréen et son allié américain sont prêts à riposter.


Sur le fond, il est difficile de dire quelles sont les réelles ambitions de la Corée du Nord. Doté de l'arme nucléaire, et d'un programme d'exercices de tirs en pleine croissance, le pays semble principalement cibler l'administration de Washington.


Le pays manque de tout


Victime des sanctions des Etats-Unis, de l'ONU, mais aussi de l'UE et d'autres pays comme l'Australie ou le Japon, depuis 2005, la Corée du Nord est de plus en plus isolée, coupée du monde. Et, avec la fermeture des frontières face au Covid-19, la pandémie a fait plonger le PIB.


Seule défense pour Pyongyang, dans un pays qui manque de tout : la menace de l'arme atomique et la multiplication des tirs de missiles, avec le risque réel et permanent d'une escalade. Mercredi, le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir à New-York.


Publié le 05/10/2022 à 15:12, Ralph Bechani

Publié le

05/10/2022 à 15:12

Mis à jour le

05/10/2022 à 15:16

Par

Newestpost

Journaliste

Ralph Bechani

Article suivant

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager par mail

Sélectionnés pour vous