Newestpress Newestpost Studio News Studio Live

Mon compte

Newsletters

Crédit photo : NP/Newestpost/Adobe Stock - Image d'illustration du drapeau de l'Union européenne (UE)

Actualité / International

UE : le parlement européen secoué par un scandale de corruption

Quatre personnes ont été inculpées et placées en détention provisoire, à Bruxelles, dont l'une des vice-présidentes du Parlement européen et son époux. La justice belge soupçonne une affaire de corruption, en lien avec le Qatar, pays hôte de la Coupe du monde 2022.

Le parlement européen est plongé dans un scandale sans précédent. La vice-présidente grecque Eva Kaili, et trois autres personnes ont été inculpées et placées en détention provisoire, dimanche 11 décembre 2022, en Belgique, dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de corruption en lien avec le Qatar.


Selon le parquet fédéral belge, depuis plusieurs mois, les enquêteurs "soupçonnent un pays du Golfe d'influencer les décisions économiques et politiques du Parlement européen", en versant des sommes d'argent jugées conséquentes ou en offrant des cadeaux importants.


Le gouvernement qatari, lui, nie, mais l'affaire fait l'effet d'une bombe. Au total, six personnes ont été arrêtées vendredi, et au moins 16 perquisitions ont été menées. "Ces perquisitions (...) visaient essentiellement d'abord à intercepter du matériel informatique et des téléphones portables", selon les autorités belges.


Défendre les intérêts qataris


Les enquêteurs ont aussi trouvé 600.000 euros à une des adresses perquisitionnées. Le parquet fédéral belge précise que parmi ces suspects arrêtés, "quatre individus ont été placés sous mandat d'arrêt" et "inculpés pour appartenance à une organisation criminelle, blanchiment d'argent et corruption".


Les deux autres personnes "ont été libérées par le juge". Parmi les personnes interpellées, il y a notamment l'eurodéputée socialiste grecque Eva Kaili. Elle est l'une des vice-présidentes du Parlement européen depuis janvier 2022.


Les quatre autres personnes poursuivies sont : l'ancien eurodéputé italien Pier-Antonio Panzeri, ainsi que le compagnon d'Eva Kaili, Francesco Giorgi, assistant parlementaire. Mais aussi le secrétaire général de la Confédération syndicale internationale (CSI), Luca Visentini, et un directeur d'ONG dont l'identité n'a pas été communiquée.


Tous sont soupçonnés d'avoir bénéficié de cadeaux ou de sommes d'argent de la part du Qatar pour influencer les décisions économiques et politiques du Parlement européen. La justice belge soupçonne clairement une "corruption" de certains élus afin de défendre à Bruxelles les intérêts qataris.


Publié le 12/12/2022 à 08:02, Ralph Bechani

Publié le

12/12/2022 à 08:02

Mis à jour le

12/12/2022 à 08:05

Par

Newestpost

Journaliste

Ralph Bechani

Article suivant

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager par mail

Sélectionnés pour vous