Newestpress Newestpost Studio News Studio Live

Mon compte

Newsletters

Crédit photo : NP/Newestpost/Adobe Stock - Image d'illustration d'une maison de retraite

Actualité / Société

Euthanasie : coup d'envoi de la Convention citoyenne sur la fin de vie

Annoncée en mars dernier par le président français Emmanuel Macron, la Convention citoyenne sur la fin de vie a finalement été lancée, vendredi 9 décembre 2022. Un rapport sera ensuite transmis à la Première ministre Elisabeth Borne, d’ici à la fin du mois de mars 2023, avant une probable loi.

185 citoyens sont réunis à Paris pour débattre de la fin de vie. Ils ont environ quatre mois pour remettre leurs propositions au gouvernement. Une question leur a été posée : "Le cadre de l'accompagnement de la fin de vie est-il adapté aux différentes situations rencontrées ou d'éventuels changements devraient-ils être introduits ?".


La Première ministre était présente pour l’ouverture de cette Convention citoyenne. “Soyez libres de vous émanciper des idées reçues, de dire vos doutes, vos désaccords”, selon la cheffe du gouvernement, qui rappelle également les sujets qui vont être abordés.


Elisabeth Borne a notamment évoqué l’accompagnement dans le deuil, l’accès aux soins palliatifs ou encore les exigences éthiques. C’est réellement à partir du 6 janvier que les débats commenceront, durant plus d’un mois, avec des ateliers, des visites sur le terrain et des auditions.


Un manque d’application


Actuellement, c’est la loi Claeys-Leonetti qui régit la fin de vie. Le texte interdit l’euthanasie et le suicide assisté en France mais permet en revanche d’accompagner les patients jusqu’à leur mort à l’aide d’une sédation profonde, pour des malades en phase terminale et en très grande souffrance.


La Convention devra donc se pencher sur cette loi de 2016 et analyser les résultats avant de donner des propositions au gouvernement. En septembre, le Conseil consultatif national d'éthique (CCNE) avait publié un rapport, déplorant un manque d’application de la loi Claeys-Leonetti.


En parallèle de la Convention, un groupe de travail parlementaire a été mis en place. Le chef de l’Etat assure également que des consultations vont avoir lieu avec les acteurs de la fin de vie, un peu partout en France. "Je souhaite que nous puissions avancer de manière apaisée”, rappelait Emmanuel Macron en mars dernier.


Publié le 10/12/2022 à 08:35, Samuel Coiffard

Publié le

10/12/2022 à 08:35

Mis à jour le

10/12/2022 à 08:56

Par

Newestpost

Journaliste

Samuel Coiffard

Article suivant

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager par mail

Sélectionnés pour vous