Newestpress Newestpost Studio News Studio Live

Mon compte

Newsletters

Crédit photo : NP/Newestpost/Alexis Sciard/IP3 Press/MaxPPP - Image d'Archives d'Elisabeth Borne, le 5 octobre 2022

Actualité / Politique

Grèves : les syndicats veulent faire bouger les lignes

Mardi, plusieurs syndicats appellent à une journée de grève interprofessionnelle, notamment "pour réclamer des augmentations des salaires, dans un contexte de forte inflation et de poursuite du mouvement social chez TotalEnergies.

La grève a été levée, vendredi soir, chez Esso-ExxonMobil. En revanche, le mouvement a été reconduit sur cinq sites de l'Hexagone chez Total Enegies. Tandis qu'environ 30% des stations-service connaissent toujours une pénurie totale ou partielle de carburant.


C'est dans ce contexte que plusieurs syndicats appellent à une journée de grève interprofessionnelle, mardi, partout en France, notamment pour réclamer des augmentations des salaires. De nombreux secteurs sont concernés : l'éducation nationale, la fonction publique, les transports, ou les crèches, entre autres.


Prolongation de la ristourne à la pompe


Dans le secteur public, des préavis ont été déposés pour la journée du 18 octobre mais ils prévoient aussi une extension "jusqu'à la fin du mois", selon un communiqué de la CGT. A la SNCF, le syndicat SUD-Rail a aussi opté pour une grève reconductible.


Dimanche, déjà, les partisans de Jean-Luc Mélenchon étaient mobilisé à Paris "contre la vie chère". Environ 30.000 personnes ont manifesté dans la capitale notamment aux côtés des leaders de LFI (La France Insoumise), et du PS (Parti Socialiste).


Le gouvernement, lui, tente de gérer la crise, et appelle les syndicats à la responsabilité. Dimanche, sur TF1, la Première ministre, Elisabeth Borne, a annoncé que la ristourne à la pompe de 30 centimes serait prolongée de 15 jours dès début novembre, ainsi que celle de TotalEnergies,


La cheffe du gouvernement affirme aussi qu'une amélioration de la situation est attendue dès "cette semaine" sur le front de la pénurie de carburant. Et d'ajouter, qu'un recours au "49-3" est probable pour faire passer - en force - le budget 2023 à l'Assemblée nationale.


Publié le 17/10/2022 à 15:23, Ralph Bechani

Publié le

17/10/2022 à 15:23

Mis à jour le

17/10/2022 à 18:57

Par

Newestpost

Journaliste

Ralph Bechani

Article suivant

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager par mail

Sélectionnés pour vous