Newestpress Newestpost Studio News Studio Live

Mon compte

Newsletters

Crédit photo : NP/Newestpost/MaxPPP/Thomas Padilla - Image d'illustration d'une enseigne de l'agence Pôle Emploi

Actualité / Politique

Réforme du chômage : la durée d'indemnisation va baisser de 25%

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a dévoilé aux organisations patronales et syndicales, lundi 21 novembre, son plan de réforme de l'assurance chômage. Dès le 1er février 2023, selon la conjoncture économique du marché du travail, la durée d'indemnisation baissera de 25% avec un plancher minimal de six mois.

Aujourd'hui, quand un chômeur s'inscrit au chômage la durée de son indemnisation est appliquée selon un principe simple : un jour travaillé = un jour indemnisé, pour une durée maximum de 24 mois pour les personnes de moins de 53 ans. Elle passe à 30 mois pour les 53-54 ans, et 36 mois pour les 55 ans ou plus.


Avec la réforme voulue par le gouvernement, dès le 1er février 2023, c'est la situation du marché du travail qui sera prise en compte, et la durée d'indemnisation sera ainsi revue à la baisse de 25%, avec un plancher fixé à six mois. En revanche, il n'y aura pas de modification de l'indemnisation.


Selon plusieurs syndicats présents lors de cette réunion, lundi, les droits ne seront rétablis pleinement que si le taux de chômage au sens du BIT (Bureau International du Travail) dépasse 9% ou si son évolution par trimestre dépasse les 0,8%.


La réforme prévoit des "exceptions"


En outre, les conditions d'accès à l'assurance chômage ne changeront pas. Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a précisé que le gouvernement "ne diminuera pas le nombre de personnes éligibles à l'ouverture de droits à l'assurance-chômage". Il faudra toujours avoir travaillé six mois sur une période de référence.


Les syndicats se disent contre cette réforme. Ils accusent le gouvernement français de vouloir faire des économies sur le dos des chômeurs. Mais aussi d'avoir introduit au projet de loi des "exceptions" pour certains corps de métiers, comme les intermittents du spectacle ou les pêcheurs.


Selon les chiffres de l'INSEE, le taux de chômage est resté quasi stable au troisième trimestre 2022, à 7,3% de la population active en France (hors Mayotte), contre 7,4% au deuxième trimestre. Le nombre de chômeurs atteint 2,252 millions de personnes, soit 17.000 de moins sur la même période.


Publié le 21/11/2022 à 14:39, Ralph Bechani

Publié le

21/11/2022 à 14:39

Mis à jour le

21/11/2022 à 16:31

Par

Newestpost

Journaliste

Ralph Bechani

Article suivant

Partager

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager par mail

Sélectionnés pour vous